les principaux écosystèmes des abysses

Science et nature plus mis à jour, rejoignez le nouveau site :

Naturo-Découvertes

Qu'est ce que les Abysses ?:

D’après le petit Larousse 2005 :
Du grec abussos: «sans fond ». Les abysses sont les grandes profondeurs marines (en dessous de 1000 mètres), où l’obscurité est permanente.
D’après cette définition, les abysses représentent plus de 80 % des océans, sachant que les océans représentent 75% de notre surface terrestre.
Les grands fonds marins représentent donc d’une étendue énorme et sont encore aujourd’hui largement inexplorés : il y a davantage d’hommes qui sont allés sur la Lune, à 380 000 km de la Terre, qu’aux fonds des océans, soit à seulement 11 km sous le niveau de la mer !
Dans les très grandes profondeurs, règne une obscurité totale empêchant la vie de toute espèce végétale. Les conditions de vie y sont extrêmes.

Qu'est ce qu'un écosystème ? :

Un écosystème désigne l'ensemble formé par une communauté d'êtres vivants (ou biocénose) et son environnement géologique, hydrologique, climatique, etc.… (ou biotope).
Les éléments constituant un écosystème développent un réseau d'échanges d'énergies et de matières permettant le maintien et le développement de la vie.

On peut différencier deux grandes types d'écosystèmes abyssaux :

-les dépendants de la photosynthèse : plaines abyssales, fosses océaniques, cadavres d'animaux et la zone pélagique. Comme on le voit sur le schéma ci dessous, les animaux de ces écosystèmes se nourissent grâce à la vie en surface qui elle même survie grâce à la lumière, on peut donc dire que ces animaux vivent indirectement de la lumière solaire.

 

-les "non dépendants" à la photosynthèse : Sources hydrothermales. Contrairement à tout les autres animaux des abysses et plus généralement tout les animaux de notre planète, cette écosystème est basé sur la chimiosynthèse : la base de cette chaîne sont des bactéries qui produisent leur énergie et matière organique grâce à de l'hydrogène sulfuré (voir schéma ci dessous comparaison chimiosynthèse et photosynthèse). 

 

Il existe une multitude d’écosystèmes dans les abysses ; en voici les principaux :

Les plaines abyssales :

Les plaines abyssales représentent la plus grande surface des fonds marins : environ 80 % de ceux ci. Elles correspondent aux parties plates de la zone abyssale océanique (en général entre 2 000 et 6 000 mètres). La vie présente dans ces plaines présente une faible densité (comparable à un désert terrestre).

 Une Chimère photographiée sur la plaine abyssale à 4 000 mètres de profondeur (image Ifremer)

Benthosaurus reposant sur un fond de plaine abyssale. C’est un poisson qui repose sur le fond abyssal perché sur ses nageoires ventrales ; il attend que les proies viennent à lui : lorsque l’une d’elle touche une de ses nageoires, il la détecte et peut ainsi s’alimenter (rarement mais avec une dépense d’énergie minime).

Les Fosses océanique :

Les parties les plus profondes des bassins océaniques se trouvent le long de certaines marges continentales ou sur les zones de subduction entre une plaque océanique avec une plaque continentale ou une autre plaque océanique ; la fosse est alors créée par la plongée d’une des deux plaques sous l’autre plaque. 

 Leur profondeur ce situe entre 6000 et 11 000 mètres. On parle de "fosses "océanique, car contrairement à la plaine abyssal le dénivelé est important et passe de 6000 à 11 000 mètres rapidement. Les fosses représentent moins de 3% de la surface des fonds océaniques et c'est certainement la zone la moins exploré de notre planète, en 1960 seul deux hommes sont allé dans la fosses des Mariannes (fosse la plus profonde) et on attteint le rcord absolu de profondeur : 10 916 mètres. Plus récemment un robot Japonais  Kaiko est descendu à 10 911 mètres dans cette même fosse.

Schéma représentant une fosse océanique

Image prise par le sous marin Kaiko dans une fosse océanique, on remarque des lys de mer sur cette photo.

Même aux plus profonds abîmes, la vie a été trouvée, alors que de nombreux scientifiques pensaient, jusque dans les années 1960 que celle-ci n’y était pas présente. En raison d’un accès extrêmement difficile, la vie au fonds de ces abîmes est très peu connue et semble d’une faible densité.

-Les cadavres de grands animaux :

Parfois au milieu des plaines abyssales, où la vie est d’une densité faible, on peut trouver de nombreux animaux en un point, ceci grâce à la mort d’énormes animaux comme les baleines (leur décomposition peut durer des années). Ces cadavres représentent une importante source de nourriture dans des milieux très pauvres. La décomposition permet le développement d’une vie carnassière, à l’origine d’un écosystème particulier mais temporaire.

Dessin représentant la faune exceptioennelle autour du cadavre de baleine,n on remarque entre autre un requin, de nombreux vers, des crabes ...

Squelette de baleine photographié au fond de la méditerranée.


-La zone Pélagique :

La zone pélagique est la zone intermédiaire entre les côtes et les fonds marins. Le nom provient du grec pélagos, qui peut se traduire par "haute mer". C’est dans cette zone que vivent de nombreux poissons carnivores des abysses. Cette zone représente l'essentiel du volume des Abysses. On y remarque une vie de densité faible mais d'une extraordinaire variété : céphalopodes comme le calmar géant (encore jamais observé dans son milieu) ou le calmar vampire ou le Dumbo, des poissons comme l'Eurypharynx ou la beaudroie des abysses (poisson pécheur) mais aussi le syphonophore qui mesure jusqu' à 50 mètres de long et est tout lumineux ! Il s'agit du plus grand invertébré connu.

Calmar vampire, comme beaucoup d'animaux des abysses il est de couleur rouge, car la longueur d’onde rouge est très absorbée dans l'eau de telle sorte que ces animaux rouges sont presque invisibles.

Face à l’extrême rareté de nourriture, les poissons ont développé des aptitudes inédites, comme L’Eurypharynx (ci dessus) , poisson d’environ 80 centimètres, doté d’un estomac élastique pouvant contenir des proies plus grosses que lui. Et oui ! la petite bête peut parfoit manger la grosse !

Les sources hydrothermales  :

Le plus souvent localisées sur les dorsales océaniques, elles correspondent à l’émanation de volcans sous- marins. A proximité de ces sources, la vie est foisonnante.


dessin représentant la faune riche des fumeurs noir, on observe les célèbres vers riftia (grands tubes blancs et rouge) base de la chîne alimentaire, des bivalves, des crustacés(galathés), ds gastéropodes (pieuvres)

 

Comment la vie peut elle exister dans ces conditions extrêmes ? :

A partir d’environ 200 mètres sous le niveau de la mer, la lumière solaire n’est plus présente ; la nuit est éternelle et la température est d’environ 2 C°. Plus on descend profondément, plus la pression augmente (elle est de 100 kg par cm² à 1 000 mètres de profondeur et d’environ une tonne par cm² à 10 000 mètres).
Dans ces conditions extrêmes, la survie des êtres vivants devient difficile ; ils doivent donc  développer des caractéristiques très spécifiques et adaptées à leur environnement.
Dans les grandes profondeurs, les organismes ont toutes leurs fonctions métaboliques diminuées et les sources de nourriture sont faibles et donc précieuses.
Les organismes doivent survivre longtemps sans recevoir de nouvelle nourriture car il n’y a pas de production de matière organique directement en profondeur en l’absence de photosynthèse.
La faune développe aussi des organes lumineux, photophores, ou bioluminescents, car il fait une nuit totale. De nombreuses espèces sont aveugles ou possèdent des yeux globuleux qui leur permettent de capter la moindre variation de lumière. Par exemple, le poisson lanterne agite au dessus de sa tête un leurre lumineux. Cette lanterne permet d’attirer ses proies vers sa bouche. Pour produire leur propre lumière, ces êtres vivants utilisent des organes spécifiques : les photophores.
Encore plus étonnant, les Rimicaris exoculata ne possèdent pas d’yeux mais ont des ocelles sensibles au rayonnement infrarouge, ce qui leur permet de détecter les proies grâce à la chaleur qu’elles émettent.

Calmar vampire de couleur rouge, couleur caractéristique de nombreuses espèces abyssales.

Pour résister à la pression conséquente des profondeurs marines, les animaux peuvent présenter des  tissus indéformables essentiellement liquides et gélatineux. Autre adaptation : contrairement aux poissons de surface, ceux des abysses n'ont pas de vessie natatoire remplie de gaz.

Près des sources hydrothermales, les milieux de vie changent très rapidement, et les conditions sont difficiles, voire extrêmes. Il s’agit pourtant de foyers de vie importants, ce qui amène à se demander comment la vie arrive à se développer dans des milieux si hostiles.

A ce jour, toutes les capacités d’adaptation de la faune des grands fonds n’ont pas été découvertes. On est même loin de connaître l’intégralité de cette faune et plus encore son mode de vie tant il est difficile de les observer en milieu naturel, à des centaines, voire des milliers de mètres de la surface.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×